La suite Bergamasque de C. Debussy.

....................Sommaire....................... ...............Forum............................. ................Sondage............................... ....................Nous contacter.....................

 

 

Voici un court extrait en version piano :

Extrait Clair de Lune de C. Debussy

 

Et un autre extrait version orchestre, tiré d’une célèbre publicité de Chanel n°5 (la musique en question commence 28 secondes après le début du film). Attention ! Nécessite une connexion haut-débit !

http://www.davidreviews.com/MMovies/Nov04/2004112001_medium.wmv

 

 

La Suite Bergamasque date de 1890 mais ne sera publié qu’en 1905. Cette œuvre compte 4 mouvements : Prélude, Menuet, Clair de lune, et Passepied. Le Clair de lune est en ré bémol majeur, un ton propice à la nuit, et au rêve. D’ailleurs, on supposeque le titre et l’esprit de ce morceau vient directement d’une réminiscence de Verlaine, dans son œuvre Fêtes galantes. Ce clair de lune, qui devait initialement s’appelait Promenade sentimentale est à 9/8, de rythme ternaire. Cet andante très expressif, est empreint de poésie et de tendresse rêveuse. On compare souvent sa musique à la peinture impressionniste notamment à certains tableaux de Manet, ou de Turner. Ce Clair de lune est marquée par son aspect imprécis, relativement libre, qui nous entraîne dans une atmosphère obscure : le clair de lune est brumeux. On voit ici, toute l’esthétique de l’éphémère que cherche à développer Debussy, une œuvre comme arrêtée dans le temps. Comme nous l’avons vu cette année avec Part, Debussy consacre une grande importance dans le traitement du temps dans son œuvre. Le Clair de lune est comme « hors du temps », « immobilisé », le tempo y est rubato, et les indications d’interprétations sont minimes. Parmi les techniques utilisées on peut citer les ralentissements engendrés par les croches à 2 temps qui viennent « casser » le rythme ternaire des triolets. Enfin le final, ne semble pas résolu, on attendrait quelque chose après l’arpége final de ré bémol majeur. Les jeux de pédales ne sont quant à elles pas indiqués. Cette œuvre est donc à découvrir de manière autodidacte, afin d’en libérer toute son expressivité.